'Past in present'

16 choses apprises en 2016


Piran, Italie


Je vous souhaite à toutes et à tous une année excitante, pétillante et dégoulinante de bonheur. Que 2017 soit une de ces années dont vous vous souviendrez toute votre vie, que vous raconterez à vos petits enfants et qui vous permettra de croire en la beauté du monde.


Voilà un article qui était dans mes brouillons depuis début décembre et que je viens tout juste de retrouver. J'avais prévu de le poster à la fin du mois, oops. Même si une fois le 31 décembre passé, on a tendance à oublier l'année précédente et à vivre dans l'espoir d'une belle et heureuse année à venir plutôt que dans la nostalgie, je publie tout de même cet article car il me fait sourire et qu'il est toujours important de tirer des leçons de ses expériences. Faisons en sorte d'apprendre de nos erreurs, de nos échecs et des obstacles de 2016 pour faire en sorte que 2017 soit la plus belle année de notre vie. Rembobinons la cassette et analysons 16 leçons apprises grâce à 2016.



1. Le sexisme et le harcèlement de rue sont des problèmes essentiellement français, et pas si universels que l'on pourrait le croire.
Jamais mes amies ou moi ne nous sommes faites abordées ni sifflées, regardées ou insultées dans la dizaine de pays que nous avons visité en Europe de l'Est. Jamais. A mon retour à Paris, monter dans le RER a été pire que choquant. Une révélation. Une grosse claque. Bilan de mes autres amies partis à Londres, en Russie, en Italie ou en Norvège : elles non plus n'ont jamais été harcelées pendant leur période passée à l'étranger. 


2. Mon prénom est absolument imprononçable pour n'importe quelle nationalité. 
Yudgéni, Ujine, Oujéna.... Même les français tendent à m'appeler "Eugènie" alors que bon sang, c'est un ACCENT AIGU. Eu-gé-nie. Merde.

3. L'inconnu ne me fait pas peur, la routine si.

4. Un tatouage, ça ne fait pas mal du tout.
Du moins, pas sur le bras.

5. Les seules barrières qui se présentent devant nous sont celles que l'on s'impose.
N'importe quel idiot est capable de présider la plus grande puissance mondiale, pourquoi pas nous?

6. Il n'y a pas que le Royaume-Uni et l'Irlande qui sont fans de thé.
Les turcs en sont également des fans inconditionnels.

7. Je ne serai jamais une grande lectrice.
Je n'arrive pas à me mettre à la lecture. Je commence un livre, je suis à fond, je le transporte partout avec moi et le lis dès que j'ai le temps... Puis je n'ai plus le temps, je le laisse de coté et je l'oublie. Ensuite je le retrouve, je le reprends (mais j'ai oublié la moitié de l'histoire depuis), je suis à fond pendant 2 jours, je le laisse de coté.... et ainsi de suite.


8. C'est officiel , je suis désormais totalement incapable d'avoir une conversation en Allemand.
Des mots par ci par là ressortent, je comprends lorsqu'on me parle lentement et avec un vocabulaire simple, mais dès que j'essaie de construire une phrase, c'est l'Anglais qui jaillis. Scheiße, j'avais un si bon niveau à la sortie du lycée... 

9. Un malheur n'arrive jamais seul.
Problème de CAF, inondation, mère dans le plâtre, prélèvement incohérent, partiels blancs ratés... tout ça en quelques jours.

10. On retrouve des bretons partout.
De ma coloc en Hongrie à des jeunes rencontrés bourrée à Ljubljana, en passant par un boulanger en Albanie et un voisin de bus en Italie.

11. Les résolutions sont conçues pour ne pas être pleinement réalisées.
Quand je relis mon article résolutions 2016, j'ai envie de dire "oops..." (my mind?)

12. La liqueur à 45 degré ce n'est pas si fort que ça. 
Je suis passée de "oh mon dieu ma gorge va se décomposer, plus jamais ça" à "un troisième shot, s'il vous plaît!" Palinka <3

13. Reproduire l'émission 'Les Recettes Pompettes', c'est possible. 
Et c'est très drôle. 

14. Ce n'est pas grave de ne pas savoir quoi faire de sa vie à 21 ans. 
Du moment que l'on ne fait pas rien et que notre indécision ne nous empêche pas d'essayer.

15. L'eau gazeuse, ce n'est pas si dégueu que ça finalement.

16. Les français n'ont pas tout les défauts du monde mais le monde semble moins fucked up loin des français.



Et vous, qu'est-ce que 2016 vous a appris?